En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Du principe de la psychothérapie - Antony

DE LA PAROLE

C’est la parole qui définit la psychothérapie analytique. Mais pas n’importe quel type de parole. Dans la vie courante, on peut toujours parler à un ami, à un être cher qui vous écoute ; et c’est une bonne chose. Mais il ne s’agit pas en ce cas de ce qu’on appelle la parole thérapeutique, laquelle suppose un certain cadre de travail :

Un(e) thérapeute qui par son écoute et son silence permet à son patient une parole de plus en plus vraie, proche des émotions intimes, à travers la méthode appelée « association libre ». Il s’agit pour le sujet de se laisser parler le plus librement possible, de laisser les idées, souvenirs ou rêves venir à l’esprit comme ils viennent, même et malgré les incohérences apparentes.

Ainsi à travers les mots, les images, les émotions, exprimer au mieux, se fera jour la vérité du sujet, les répétitions de son histoire qui étaient restées occultées, les traumatismes oubliés dont les effets se font cependant toujours sentir.

C’est la position asymétrique du thérapeute (qui ne parle pas de lui) qui peut lui permettre d’entendre et d’interpréter, c’est-à-dire non pas de substituer son discours à celui entendu mais de repérer dans ce que dit le patient ce que celui-ci n’entend pas de ce qu’il dit. Et alors de nouveaux liens de pensée peuvent se faire qui vont éclairer le symptôme et permettre de prendre en compte autrement la personne dans ce que nous appellerons sa globalité.

DU SYMPTÔME

Car un patient vient pour un symptôme ou un dysfonctionnement psychique pour lesquels il a une demande.

Il s’agit pour le thérapeute de ne pas prendre ces difficultés ou symptômes de face mais de prendre en compte la personne globale, c’est-à-dire dans sa totalité grâce donc à ce qu’il entend dans l’association libre, afin que le patient puisse avoir une autre lecture de sa personne, de son histoire et qu’il puisse devenir sujet désirant et actif autrement. Pour ce faire, il faudra reprendre les fils de son histoire psychique, reprendre les points marquants (ou signifiants) de cette histoire. Être clair avec son passé, pouvoir s’adosser à lui, voilà qui permet de s’ouvrir de nouveaux horizons d’avenir ; on est loin de la question du symptôme d’origine, la personne s’installe dans d’autres dimensions.

Il est bien évident que, même adulte, nous restons l’enfant de nos parents dont il faut bien parler quand on parle d’histoire psychique. Mais on ne voit pas ses parents à six ans comme à quinze, à trente-cinq ou à cinquante. La maturité venant et les multiples facettes du fantasme se révélant peu à peu, le sujet a la possibilité de faire varier les perspectives psychiques qui l’habitent pour, à son tour, faire quelque chose de son histoire, de sa personne. Moins alourdie par un passé difficile qui lui pèse, il pourra se donner les moyens d’éviter les répétitions douloureuses (ruptures amoureuses difficiles, échecs professionnels…) et de se rendre au maximum « décideur de son destin ».

DE LA GUÉRISON

C’est ainsi que nous définirons la guérison en psychothérapie qui n’est pas à calquer sur le modèle médical : La possibilité de disposer d’une plus grande partie de sa vie psychique pour bénéficier de sa richesse et ne pas rester comme diminué ou inhibé dans une vie étriquée. C’est ainsi que l’on peut parler de sujet désirant véritablement et non aliéné dans sa propre personne.

La guérison n’est pas l’absence d’angoisse, ni même de symptôme mais la capacité de les gérer, de leur donner sens et donc à se situer autrement au monde en jouant sur toute la richesse de la vie fantasmatique que la psychothérapie a mis à jour.

Ces lignes sont bien sûr rapides, programmatiques, mais visent à donner l’essentiel des concepts de la psychothérapie analytique.

François SIMONNET - Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste à Antony près de Fresnes.



Découvrez : La parole, le corps, et la guérison.