En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Nouvelle famille, nouveaux noms - Antony

QUESTION :  Je m’appelle Liliane et j’ai 30 ans. J’ai vécu durant 5 ans avec un homme qui s’appelle Thierry et dont j’ai un enfant, Louis, qui a 7 ans. Je me suis séparée de son père, Thierry, et je vis aujourd’hui avec Guy. Mon fils ne sait pas s’il faut l’appeler « papa » ou Guy. Que dois-je faire ?


REPONSE : Votre question ne permet pas de savoir dans quel rapport votre fils se trouve avec son père géniteur. Le voit-il régulièrement ? Quelles sont les raisons qui ont présidé à votre séparation d’avec lui ? Quelles sont les idées qu’il s’en fait ? Lui en avez-vous parlé ? Autant d’éléments qu’il faudrait élucider. Votre fils sait que Guy n’est pas son père géniteur. On ne voit donc pas pourquoi il l’appellerait papa. Mais peut-être pensez-vous que Guy tient une position de père ? D’où la question sans doute.
Il faut garder présent à l’esprit que si les noms et les mots sont importants, ce ne sont pas les noms ni les mots qui font les choses… Il me semble que la question de votre fils vous amène non pas à raconter votre vie, mais à lui donner quelques explications quant aux conditions de sa naissance, quant à votre séparation d’avec son père géniteur : il faut qu’il puisse avoir dans l’esprit des représentations un peu précises. Le trop grand flou est à déconseiller.
Bien entendu, le mieux est de tenir compte de l’avis de son père géniteur - si vous êtes encore en contact avec lui - de l’avis de Guy, et surtout ne pas oublier que, pour la santé psychique de votre fils, vous aurez toujours tout à gagner à prendre conscience, pour vous- même, au fur et à mesure que la vie passe, du sens que prend pour vous votre vie passée. Votre fils bénéficiera consciemment ou pas, de votre lucidité d’esprit.
Ceci ne répond pas de manière concrète à votre question, mais je suis bien sûr que vous aurez compris l’esprit de la réponse. Je ne puis dire plus, car l’absence de renseignements que vous donnez dans votre question peut faire penser que tout n’est pas clair dans votre propre esprit. C’est d’abord en ce sens, me semble-t-il, qu’il faut travailler.


François SIMONNET - Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste à Antony près de Fresnes.