En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

La colère du père - Antony

QUESTION :

Je m’appelle Liliane et j’ai 26 ans. J’ai eu une enfance difficile car ma mère m’a élevée seule, mon père étant parti dès ma naissance ; Je ne l’ai jamais connu.
À l’âge de 20 ans, j’ai rencontré celui qui est maintenant mon mari. Il a le même âge que moi. Je le trouvais beau, dynamique, gentil et énergique. Sexuellement, nous nous entendions très bien.
Nous avons eu un enfant, André, 2 ans après, qui a maintenant 4 ans, nous l’aimons beaucoup.
Mais depuis quelques mois, rien ne va plus. On nous a dit à l’école maternelle que c’est un enfant gâté, agité, qui n’obéit jamais. Mon mari ne supporte pas cette situation et, depuis peu, se met en colère après André, ce qui terrorise mon fils, qui du coup se révolte et devient objectivement insupportable.
Je ne reconnais plus mon mari, me sens intérieurement pétrifiée, au point de ne plus désirer ni supporter de rapports sexuels. Nous ne nous entendons plus pour rien, et mon mari redouble de colère, la dirigeant actuellement vers moi.
Je n’en peux plus, que me conseillez-vous ?     
              

RÉPONSE :

Liliane, vous dites clairement que vous avez été élevée sans père, seule avec votre mère - dont vous dites peu de choses - donc, à deux, dans un milieu féminin. Ce qui fait que l’on peut penser que votre mari a fait office, lors de votre rencontre, de « prince charmant », « beau, dynamique, gentil, énergique ». Ce qui est plus que compréhensible.
Mais peut-être, dans votre esprit, l’homme et le père se sont confondus. L’homme aimé, le père de votre fils, et peut-être l’idée, même vague, de votre propre père que vous n’avez pas connu, se sont condensés dans votre vie fantasmatique.
Voilà qui pourrait donner des pistes de réflexion quant à votre désarroi actuel.
La vie d’homme et la vie de père, même s’il s’agit bien sûr de la même personne, ne sont pas superposables… Il est d’autant plus important pour vous d’en prendre conscience si, en arrière-fond psychique, ce qui est plus que probable, se joue la question de savoir qui était votre père et ce qui s’est passé au moment de votre naissance.
Par ailleurs, on doit insister sur ce point : vous ne dites rien de la configuration familiale de votre mari.
Comme si votre fils vous était tombé du ciel, hors de la généalogie de son père ?
Que sait André de la manière dont vous même et votre mari avez été élevés ? Que dit votre mari de son propre père ?
Pour qu’il élabore ses points de repère symboliques, il est nécessaire qu’il se situe dans l’histoire des générations. Il n’est pas trop petit pour qu’il lui en soit parlé, avec les mots bien sûr qui correspondent à son âge. Mais pour cela, encore faut-il que vous ayez pu vous-même en parler suffisamment librement avec votre mari.
Pour qu’un enfant trouve un sens à sa vie, il lui est indispensable de « sentir » le sens de la vie de ses parents à travers les messages implicites de la vie quotidienne et ce qui peut être mis en mots.
La manière que vous avez de poser votre question, laisse vraiment penser que c’est en ce sens qu’il faut diriger le travail psychique…
Post-scriptum : On peut penser aussi ceci : vous avez été élevée sans père à la maison au quotidien. Il se peut que vous ne sachiez pas reconnaître les justes colères d’un papa qui met en place une loi et le surmoi nécessaire à l’éducation de tout enfant. L’enfant, voyant que la maman n’est pas solidaire avec le papa, exploite le désaccord à son profit, ou plutôt au profit de la satisfaction de ses caprices de toute-puissance infantile. On comprend que le papa déplace son juste courroux sur la mère complice.
À 4 ans, il est important que le sens de la vie soit mis en place, même implicitement, à travers les messages, conscients ou inconscients, transmis par les parents.
Tout n’est pas toujours verbalisable… Mais c’est à suivre dans le sens d’une élaboration psychique progressive. Voilà qui paraît nécessaire et indispensable à la vie mentale de chacun.
Tout ceci pour vous inviter à réfléchir à cette question, énigmatique, j’en conviens : la colère du père n’est-elle pas légitime pour la construction de l’identité de mon enfant ?


François SIMONNET - Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste à Antony près de Fresnes.